J’ai lu pour vous : Le Trône de Fer

J’ai lu pour vous : Le Trône de Fer

ISBN : 978-2-290-30286-6
Editeur : J’ai lu
Date Parution : 17/01/2001
Nombre de page : 476

Le Trône de Fer (A Song of Ice and Fire) est sans doute l’oeuvre la plus connue de George R. R. Martin, un auteur américain de fantasy et de science-fiction. Cette fresque de plus d’une dizaine de tomes a connu un succès phénoménal et de nombreux produits en ont été dérivés: jeu de cartes , jeu de rôles, jeu de société, série télévisée, sans oublier des blogs et des forums. Pour les amateurs, sachez par ailleurs que deux nouvelles issues de l’univers du Trône de Fer ont également été publiées dans les anthologies Legends et Legends II: The Hedge Knight et The Sworn Sword.

Petite présentation pour les malchanceux qui ne connaissent pas

L’intrigue se déroule dans les Sept Couronnes qui comprend plusieurs « Maisons » dont quatre principales : les Baratheons, les Targaryens, les Starks et les Lannisters. Dans ce premier tome, le roi des Sept Couronnes, Robert Baratheon, demande l’aide de son ami Eddard Stark car le trône est en danger.Ce dernier devient ainsi la Main du Roi, rôle qu’il n’a jamais voulu et qu’il a même failli refuser ! Le voilà embarqué dans les intrigues de la cour et il doit faire face à de nombreux complots mettant en danger sa vie et celle des gens qu’il aime.

L’époque dans laquelle s’inscrit l’histoire se rapproche du Moyen-Âge avec tout ce que cela comporte comme éléments propres à cette période : cour, royaumes, trahisons, chevaliers, guerres… Contrairement à beaucoup de romans de Fantasy, celui-ci fait peu référence à la magie bien qu’elle y soit quelque part omniprésente. Nous savons qu’elle a existé, tout le monde en a peur, on sent qu’elle est là, prête à bondir,…Elle rôde tout autour des protagonistes sans pour autant se dévoiler.

Une écriture détaillée au vocabulaire riche mais complexe

J’ai rarement lu un roman comprenant autant de richesses au niveau des descriptions. L’auteur décrit le monde médiéval avec une précision telle qu’elle en est rare. Il est d’une rigueur… incroyable !! En revanche, la traduction française mériterait d’être revue ! Certaines phrases sont  incompréhensibles et, par moments, le lecteur a presque l’impression de lire du vieux français avec des phrases alambiquées… Sans oublier des mots rattachés alors qu’ils ne devraient pas ! Ces espaces qui manquent ne sont pas bien graves mais suffisamment présents pour m’avoir dérangée dans ma lecture. Dommage.

Des personnages fouillés, attachants, complexes mais…nombreux !

Une des originalités de ce roman est le fait d’attribuer à chaque chapitre le point de vue d’un personnage (il y en a une dizaine dans ce tome). Le lecteur connaît donc les raisons d’une action qui paraissait  par exemple de prime abord immorale. Dans ce roman, ne cherchez  pas de caricatures, de luttes entre le Bien et le Mal, des Bons contre des Méchants. Chaque adversaire a ses raisons. Ce n’est pas un récit initiatique mais un roman sans certitude, bourré d’intrigues, d’alliances improbables, de batailles à l’issue incertaine. C’est une saga à la richesse phénoménale de par la multitude des personnages et par les intrigues bien construites. George R. R. Martin a vraiment bâti un monde à part entière.

Cela dit, il faut parfois s’accrocher. Si vous abandonnez le livre quelques jours ou – pire !- quelques semaines, vous aurez sans doute du mal à réintégrer l’histoire. Les personnages sont extrêmement nombreux et pour tout compliquer, l’auteur fait référence tantôt à leur nom, tantôt à leur grade ou encore à leur surnom ! Pour s’y retrouver, ce n’est pas toujours simple !  D’autant que les personnages secondaires, également très intéressants, sont aussi nombeux. Ajoutez à cela un vocabulaire très riche (j’avoue que je découvrais certains mots, jusqu’alors totalement inconnus), des tournures de phrases à s’arracher les cheveux … non, cela n’est pas toujours simple ! ;-)

Cette complexité entraine d’après moi un bémol : j’ai eu du mal à m’attacher à un personnage. Il n’y a pas de réel héros, tout le monde a son importance. Par ailleurs, l’intrigue est si complexe, qu’à peine s’attache-t-on à l’un des personnages, qu’on est obligés de l’abandonner pour un autre (parfois pour un bon bout de temps)… Conclusion : je n’ai pas réussi à m’attacher à l’un d’entre eux. Reste l’histoire ! Formidable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>