L’autoédition est-elle de l’auto-suffisance ?

L’autoédition est-elle de l’auto-suffisance ?

Je vous propose une vidéo d’une auteure, Ingrid Desjours, qui nous parle négativement de l’auto-édition. « L’auto-édition, c’est de l’auto-suffisance et ça, c’est mauvais » Elle compare même l’auto-édition à de la malhonneteté, ce qui est un en mon sens totalement exagéré. Vous l’aurez compris, je ne suis évidemment pas d’accord avec ses propos que j’estime trop simplistes et qui révèlent un manque de réflexion sur le secteur de l’édition en général et de l’auto-édition en particulier. Bien que je puisse comprendre certains points, notamment lorsqu’elle évoque la nécessité d’être soutenu et d’avoir un regard extérieur, elle passe à côté d’un tas d’éléments qui auraient pu rendre cette vidéo intéressante : quid de la liberté d’expression, du contrôle de son oeuvre, de l’évolution du Web et de ses implications sur l’édition, … Qu’en est-il de la démocratisation de l’écriture ? Je ne rejette pas du tout l’édition classique mais je suis stupéfaite d’entendre des propos aussi naïfs et réfractaires. Il y a du bon et du moins bon aussi bien dans les livres édités par de grandes maisons d’édition que dans ceux qui sont auto-édités !


Ingrid Desjours parle de l'autoédition par enviedecrire

9 Responses »

  1. L’autosuffisance, la prétention serait de croire que l’on est l’écrivain du siècle, incompris et crier à l’injustice de cette non-reconnaissance… mais présenter ses écrits aux lecteurs potentiels, dans la mesure où on ne leur met pas un pistolet sur la tempe pour les obliger à acheter, du moment que l’on ne mendie pas la vente d’un livre et que l’on ne raconte n’importe quelle c…. pour attendrir le monde et le pousser à acheter… eh bien je ne vois rien là d’autosuffisant. Des milliers de manuscrits sont proposés aux éditeurs classiques chaque année, il est bien évident que bons ou même très bons, certains passeront à la trappe de toute façon. Etre édité est comme tout dans la vie, il y a une part de chance inévitable et indépendamment du talent de l’auteur… Une des raisons pour lesquelles on trouve dans l’auto-édition comme dans l’édition classique du très bon mais aussi du moyen voire du très mauvais…
    Bonne soirée, Eve…

  2. On peut dire qu’elle n’y va pas par quatre chemin…
    Certes, je comprends que les auteurs ont besoin de pro pour avancer. Mais de là à dire que l’autoédition est malhonnête et pousse à l’autosuffisance… Je trouve également qu’elle va trop loin.

  3. Je partage totalement ton point de vue. Encore une fois, on nous ressert le pire de l’auto-édition (sans rappeler que l’édition « classique » a également beaucoup de travers… le plagiat pour ne citer qu’un exemple très actuel).

    Certains auto-édités sont auto-suffisants, certains sont mauvais, mais pas la majorité, loin de là ! Et bon nombre s’accorde les services de relecteurs, correcteurs, etc. pour s’assurer un travail de qualité équivalente, sinon plus, à celle de l’édition !

    Bref, bravo pour ce petit coup de gueule ! ;-)

  4. Merci pour votre message Sediter ! En effet, beaucoup de critiques sur l’auto-édition. Personnellement, mes romans concernent un public très restreint et qui sait que je suis encore amateur. Il est vrai que quand je lis certains auteurs édités, je suis quand même contente de ce que j’écris ! :-) Et comme vous disiez, il y a du bon et du mauvais partout ! :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>