Tag Archives: Stephen King

J’ai lu : nuit noire, étoiles mortes

J’ai lu : nuit noire, étoiles mortes

Titre : Nuit noire, étoiles mortes
Auteur : Stephen King
Numéro ISBN : 2226239936
Editeur : Albin Michel (2012)

Etant donné la bonne surprise que m’avait réservé le recueil de nouvelles « Sépulcre », je n’ai pu résister à l’envie d’acheter le petit dernier de Stephen King, paru en mars 2012.
Ce recueil est composé de quatre nouvelles, que personnellement je trouve assez inégales au niveau de la qualité. Néanmoins, elles ont toutes comme point commun d’être dérangeantes et de faire appel à ce qu’il y a de pire en nous. De ce point de vue là, elles sont toutes réussies.

La 1ère nouvelle nouvelle, 1922, est extraordinaire. Un petit bijou qui vous happe dès le début et vous plonge dans l’horreur absolue. Une belle façon (hmm, hmm… façon de parler) d’aborder le thème de la culpabilité. Stephen King fait preuve d’un bon sens de la psychologie !

La deuxième nouvelle, « Grand chauffeur » est plus classique mais reste efficace car Stephen King a une telle plume! Disons, qu’elle est sans réelle surprise mais certaines scènes font froid dans le dos.

Le début de la troisième nouvelle m’a enthousiasmée, comme cela m’arrive rarement. Malheureusement, la psychologie des personnages n’est pas été assez exploitée je trouve. Le développement est prévisible et finalement l’ensemble laisse perplexe. Il aurait pu également développer le thème de la culpabilité mais il n’a pas fait ce choix. Il s’agit de la moins bonne nouvelle en fin de compte peut-être à cause de ma déception.

La quatrième nouvelle, « Bon ménage », est très bien réussie ! Elle démarre peut-être un peu lentement mais quel régal au final! Le thème: on ne connaît jamais les gens qui nous entourent …

Je ne vous en dis pas plus, pour ne pas gâcher votre plaisir. Un recueil à conseiller donc mais ne vous attendez à des grosses surprises.

La bande-annonce, c’est par ici :

Stephen King nous parle de N.

Stephen King nous parle de N.

Bon, je suis dans ma phase Stephen King, vous l’aurez compris. :-)
Après avoir lu « Juste avant le crépuscule », écrit un post à ce sujet, je vous mets une vidéo dans laquelle il évoque une de ses nouvelles « N. ». Elle a été imagée sous forme de court-métrage qui ressemble à une bande-dessinée.
Je vous laisse découvrir cette interview sous-titrée en français :

Stephen King parle de Dôme

Stephen King parle de Dôme

Voici une entrevue, sous-titrée en français, entre  Stephen King et un journaliste dans laquelle il explique comment il a écrit Dôme.
Un bref résumé de l’histoire :

La petite ville de Chester Mill, dans le Maine, est un jour brutalement isolée du reste du monde par un champ de force invisible. Personne ne sait d’où vient ce dôme, ni s’il partira un jour. L’armée semble impuissante à ouvrir un passage tandis que les ressources à l’intérieur de Chester Mill se raréfient.

Je n’ai pas encore lu le roman mais je me laisserais bien tentée ! :-)

« Juste avant le crépuscule » de Stephen King

« Juste avant le crépuscule » de Stephen King

Titre : Juste avant le crépuscule
Auteur : Stephen King
ISBN : 978-2226195968
Editeur : Albin Michel
Date de parution :29/03/2010

Ça y est, j’ai terminé de lire ce recueil de nouvelles. Souvenez-vous, j’expliquais dans un post précédent mon impatience à la perspective de mon replonger dans du Stephen King et de vérifier si son inspiration était revenue. Je confirme : c’est du bon Stephen King que nous avons là ! :-) En tout cas, celui qui me fait frissoner, qui m’interpelle, qui me fait voyager aussi. Je me doutais un peu de sa réussite vu que ce livre a reçu le prix Bram Stocker en 2009 mais sait-on jamais ?
Le romancier nous propose 13 nouvelles qui nous font voyager de l’horreur pure au fantastique le plus perturbant, avec une certaine sensibilité et délicatesse que je lui connaissais peu. J’ai adoré la plupart de ces histoires mais je retiendrai plus particulièrement « Un tout petit coin » qui m’a donné une telle chair de poule que j’y repense encore parfois. Cette nouvelle fait appel à une peur viscérale et m’a vraiment horrifiée. Rien de sanglant dans ce récit. Pas de machette, de couteau tranchant ou de tronçonneuse.
Non, non.
Juste des WC.
Je ne pense pas que je la relirai un jour car elle est trop …. comment dire ? Juste épouvantable.
Et puis, il y a aussi « Muet », « Le New York Times à un prix spécial », « Le rêve d’Harvey » : des petits bijoux de littérature, d’une telle maîtrise !
Vous l’aurez compris, je recommande vivement ce recueil si vous voulez frissonner. En extra, les notes de l’auteur à la fin du roman qui nous expliquent le contexte ou les événements qui l’ont amené à écrire chacune de ces nouvelles. Il y a indéniablement un lien qui s’installe entre l’auteur et ses fidèles lecteurs et cela participe aussi au succès de ses romans.
La question que je me pose maintenant est : quel sera le prochain roman de Stephen King que je lirai ? :-)

Stephen King et l’art d’écrire une nouvelle

Stephen King et l’art d’écrire une nouvelle

J’ai toujours été une fan de Stephen King. J’ai adoré Shining, Misery, Ça, le Fléau … Le Maître de l’horreur. Le maître tout court.
Bien sûr, d’autre romans m’ont déçue comme les derniers tomes de la Tour Sombre (les tomes 1 à 3 sont surprenants mais la suite …) ou encore Dreamcatcher, cette histoire d’extraterrestres abracadabrante qui m’a ennuyée à mourir.
Je me suis procuré récemment le dernier recueil de nouvelles « Juste avant le crépuscule » qu’il a publié. Je ne l’ai pas encore lu mais l’introduction m’a interpellée : Stephen King y explique ses difficultés à replonger dans l’art d’écrire des nouvelles. Combien il craignait le fait d’avoir perdu la main.
Il ne savait plus comment les écrire. Surprenant, non ? Vous vous rendez compte ? Stephen-King-ne-savait-plus-comment-écrire-des-nouvelles!!!
« Bien des choses dans la vie sont comme rouler à bicyclette, mais l’écriture de nouvelles n’en fait pas partie« , dit-il. Et finalement, ce n’est pas surprenant. Écrire n’a rien de mécanique ou de manuel. Il s’agit de bien autre chose. Il s’agit d’inspiration, de créativité, d’envie, d’excitation, de plaisir mais aussi de travail et de patience.
J’ai hâte de plonger dans son recueil de nouvelles « Juste avant le crépuscule ». :-) et voir si son « feeling » est revenu.